Accueil
Slowl'histoire
I3irKy & Jay297
I3irKy & Jay297 | 🇬🇧 Royaume-Uni & 🇸🇾 Syrie
Choix de l'équipe

Originally written in English. Translated by HugoM.

Comment est-ce que je commence ça? Une histoire à propos de mon expérience de Slowly? Pour le résumer en quelques mots je peux dire basiquement que cette app a changé ma vie. Je ne vais pas le nier ; c’est une histoire d’amour à la Slowly. Une qui, à mes yeux, vaut la peine d’être racontée aux autres et je l’espère montrer qu’il y a de la magie dans des lettres et dans des histoires d’amour.

Je suis tombé sur ‘Slowly’ complètement par accident vers la fin de 2018. Ma vie tombait en morceaux à l’époque et de base j’étais allé sur l’app store pour trouver n’importe quoi qui pouvait me retirer de ma situation actuelle. Je cherchais un jeu auquel jouer mais j’étais sur la catégorie des application de l’année et ça m’a juste attiré du coin de l’oeil. Une vague de nostalgie m’a frappé, me souvenant de tous mes correspondants que j’avais eu en grandissant et l’euphorie de recevoir une lettre dans la poste. Mes propres parents correspondaient quand ils se sont connus et pour faire court, ils sont mariés depuis plus de 30 ans et moi je suis là. Alors je l’ai expérimentalement téléchargé et j’ai crée mon profil et envoyé ma première lettre à un gars aléatoire en Turquie qui parlait à propos de jeux d’ordinateurs (en détails excessifs!) Je semblais probablement fou pour eux. J’ai eut une réponse et boom, mon essai avait été répondu. J’ouvre ma première réponse avec grand enthousiasme et boom. 2 lignes de réponse. Même pas une question en retour ou quelque chose à laquelle je pouvais répondre. J’étais un peu dégouté, je l’admet. J’ai presque désinstaller l’application avant et après. Mais j’ai senti que je devais essayer à nouveau et donner une autre chance. J’ai gardé mes lettres courtes et bonnes pour m’introduire et j’ajoutais une question aléatoire à la fin dans l’espoir que la personne se sente obligée de répondre et ainsi mon amour pour l’app commença. J’ai envoyé trois lettres aléatoires tous les jours que l’auto-match se réinitialise et les réponses ont commencé à venir. C’est assez dur de jongler entre 30 lettres et de répondre et j’ai essayé de mon mieux pour répondre à tous! Ca a complètement occupé mon temps libre pendant un moment et j’ai donc cessé d’auto-match et progressivement les lettres ont ralenti au fur et à mesure que les autres arrêtaient de répondre ou désinstallaient l’app. Certains de mes nouveaux amis à qui j’avais envoyé de nombreuses lettres ont aussi cessé de répondre juste au moment où les choses devenaient intéressantes et je suppose que je commençais à burn-out de juste écrire, et en tentant de commencer avec de nouvelles personnes et de ne pas maintenir des amis. Ma vie prenait le dessus à l’époque, étant celle de Noël et du à des choses arrivant dans ma vie ca a commencé à être le dèche dans ma vie à nouveau. 

Puis quelque chose se passa. Quelque chose de nouveau.

J’ai reçu ma première lettre d’une personne à qui je n’avais pas été à l’initiative! Mon premier match aléatoire! C’était quelque chose de nouveau! J’ai vu les origines de l’auteur et cela disait Syrie. Ce n’est pas exactement d’où j’espérais recevoir une lettre mais je suppose que c’est la joie de Slowly, ca te frappe avec l’inattendu. Après avoir mon cerveau lavé avec tous les autres médias occidentaux, tu ne regardes pas cette partie du monde très favorablement. Mais hey, c’était ma première lettre aléatoire d’une personne et j’étais excité. Le 30 Décembre 2018, j’ai reçu une lettre, de Syrie, ne sachant pas comment cela changerait ma vie l’année suivante. La fille qui l’avait envoyé s’appelait Jenny. 

La lettre courte et sympa, une introduction normale avec l’usuel “Je cherche des amis autour du monde” ligne à la fin. Alors, j’ai répondu, les choses habituelles, un petit peu à propos de moi, commentant comment cette lettre était si bien écrite et quelques questions dans l’espoir d’un retour. La réponse est venu et la conversation coula. Ca a just marché. Progressivement, on construit plus de thèmes de conversation et après maintes lettres on parla plus à propos de nous, se demandant plus de questions personnelles et de la curiosité à propos de la vie de chacun. L’unique information que tu avais entendu parler à propos de la Syrie en Angleterre était à propos de guerre et de terrorisme. C’était sympa d’avoir un point de vue d’une personne qui y habitait. De nombreuses perceptions de ma part furent changées. C’était un correspondant avec qui je pouvais parler et cela semblait si naturel et le véritable excitement que je ressentais quand je recevais des nouvelles et lire la lettre suivante brillait à travers. Eventuellement on partagea quelques photos de choses comme des animaux de compagnie et d’où on était. Puis j’ai pris un risque et j’ai envoyé une photo de moi disant que c’était plutôt bien de mettre un visage derrière toute cette écriture. C’était la première fois que ça m’était arrivé dans l’app, JE VOULAIS partager un petit plus à propos de moi. J’étais toujours été inquiété du fait que partager des photos allait ruiner la magie de juste écrire et le rendre dans quelque chose d’autre. Mais ca l’a amélioré, ca a construit un peu plus de confiance et les mots coulaient facilement entre nous. Nous avions toujours quelque chose de quoi parler et les lettres continuaient régulièrement. Je craignais le moment où cela allait éventuellement s’arrêter ou juste mourir peu à peu. Mais ça n’est jamais arrivé.

Puis vient le craint “ veux-tu passer sur une messagerie instantanée? ” je ne sais pas pourquoi je craignais ça autant. Je ne voulais pas perdre la magie ni comment les lettres me faisaient sentir. Le fait que j’avais quelque chose dans ma vie sur lequel je comptais et que je chérissais. Je voulais vraiment dire non! J’aimais les lettres et je sentais que ça allait ruiner cela. Eventuellement, j’ai accepté mais je me suis juré et j’ai dit à Jenny que j’allais toujours lui envoyer des lettres indépendamment des circonstances. Et c’est ce que j’ai fait. 

Les lettres devenaient de plus en plus longues, nous apprenions de plus en plus à propos de l’autre. J’étais reconnaissant pour la communication. C’était pas la meilleur étape de ma vie et ça m’a donné l’opportunité de me perdre dans l’écriture et oublier ce qui se passait. A Février, nous parlions régulièrement dans les lettres et par messages instantanés. La prochaine étape était là, Jenny m’a demandé si elle pouvait m’appeler un soir pour parler. Encore, crainte instantanée! Alors, je suis une de ces personnes qui galèrent à parler au téléphone. Je parle un peu à ma maman, mais généralement j’évite les appels et je les laisse aller dans la boîte vocale si je peux. A nouveau j’ai essayé d’y échapper et fait des excuses jusqu’à ce que je craque et nous parlâmes. Ce n’était que pour 40 minutes. J’étais plus que nerveux et penser à combien j’allais comprendre [ce qu’elle disait], dire quelque chose de mal qui pourrait la vexer ou m’embarrasser. La seconde où j’ai entendu sa voix, les nerfs étaient partis. La conversation coulait aisément, j’étais nerveux et j’ai commencé à parler à propos de chameaux et d’autres thèmes aléatoires. Mais ça coulait. Sa voix me calmait et c’était comme si nous étions deux amis de longue date qui rattrapaient le temps perdu. Nous nous rapprochâmes lentement. Nous envoyons des lettres, tchattions et occasionnellement appelions. 

Alors, maintenant c’est peut être pas mon moment le plus glorieux d’admettre ça, mais je lui cachais beaucoup de choses pendant cette période. Je venais de me séparer de ma femme et je ne voyais plus beaucoup mes enfants juste avant que je commence sur Slowly. J’étais seul et déprimé et c’était ce qui m’avait poussé à rejoindre [l’application] en premier lieu. Elle me parlait beaucoup à propos de sa vie et comment des proches lui avaient menti. J’ai décidé de tout lui dire dans une lettre, comment j’étais toujours marié et ma situation.Lui laissant l’espace pour rassembler ses idées pour savoir si elle voulait encore me parler au fur et à mesure que nous nous rapprochions, chaque lettre et chaque appel et je ne pouvais plus le cacher. J’ai mis beaucoup de foi et d’espoir que nous avions une amitié et qu’elle allait durer. Mais seulement si je lui disais maintenant. Elle comprit et je suppose que ça a mené notre amitié au niveau supérieur. Je lui faisait vraiment confiance et pendant nos conversation nous nous donnions des conseils et nous réconfortions mutuellement. Ca m’a permis de parler de choses dont je n’avais parlé à personne. Nous avions l’un et l’autre et ma vie pleurait pour une personne comme ça. Nous étions là pour encourager l’autre dans les mauvais jours. Nous donnions à l’autre une épaule sur laquelle pleurer, pour aérer nos vies et ça marchait. Un soir j’ai pleuré toutes mes larmes sur mon téléphone purement d’appréciation du fait que j’avais cette personne avec qui parler. On a commencé à reposer l’un sur l’autre et une amitié s’est développée au delà de ce que nous eûmes. On continua à s’envoyer des lettres et à parler. Nous avions bien plus en commun que nous imaginions possible. Nous explorions les options pour écrire une lettre physique à l’autre mais qui ont vite fait été écrasées quand on réalisa que l’on ne peut pas simplement envoyer du courrier en Syrie. Slowly était toujours notre petite chose. On continuait à s’envoyer des lettres qui atteignaient des proportions d’essais désormais. C’était bien et c’était une majeure partie de ma vie. Sous l’effet de Slowly, j’ai commencé à écrire des lettres physiques pour lui donner si jamais j’en avait l’occasion de le faire en personne. 

Jenny était la personne qui m’avait cherché du gouffre qu’est d’abandonner de vivre. Avec elle pour m’encourager, j’ai commencé à tout changer dans ma vie. J’ai obtenu un bon travail d’enseignant j’ai recommencé à me sentir heureux. Ma vie s’améliorait. Jenny est devenue ma meilleure amie. Parmis toutes les lettres et les conversations, on trouvait quelque sorte de joie et rien ne me faisait plus excité qu’une notification de Slowly disant qu’une lettre allait arriver de Syrie en 14 heures. Nous étions à des mondes de distances, mais si proches pour autant.

Pendant Pâques nous rigolâmes à propos des endroits où elle pouvait aller avec son passeport. A cause des sanctions qui ont touché la Syrie depuis le reste du monde, elle et son peuple avaient été faits durs à cause des choses qui se passaient au delà de leur contrôle. Beaucoup de ses amis avaient fui et étaient réfugiés. On parla du fait de se rencontrer un jour, peut être à l’époque, pas vraiment croyant que cela pouvait se réaliser. Mais un voyage au Liban pendant quelques jours pour voir les sites et Jenny être capable de traduire. C’était un joli rêve et nous jurâmes tous les deux de commencer à économiser. Il se trouve qu’on l’a vraiment fait.

 

Des mois on commencé à passer. On allait de force à force. Notre temps passé à parler et notre amitié était définie par de différents moments. Nos lettres étaient si détaillées, jouer à des jeux, poser des questions, partager de la musique. Être au téléphone était pendant des heures sans fin. On a eut la chance de pouvoir chatter par appel vidéo et quelque chose a changé. On s’est juste perdu l’un dans l’autre. Notre amitié a progressé vers quelque chose d’autre. On a parlé pendant environ 5 heures, se regardant mutuellement, rigolant, blaguant… tombant. On s’est endormi en se parlant. On utilisait nos lettres sur Slowly pour parler de choses desquelles nous étions trop timides pour se dire normalement. Nous écrivions tous les deux à propos de ces conversations. C’est comme un rendez-vous sans pour autant l’être. Beaucoup de chose de notre amitié croissante étaient discutées en utilisant des lettres. Slowly nous a donné un moyen de parler à propos de choses que peut être, ne voulions pas révéler par téléphone.

Les semaines passèrent encore et nous parlions de plus en plus. Plusieures heures la nuit. Nous faisions des appels vidéos aussi souvent que nous pouvions et les papillons me chatouillaient à chaque fois que je voyais son visage ou je regardais dans ses yeux. J’ai du aller une semain avec le travail ce qui voulait dire que nous ne pouvions pas parler par téléphone pendant ce temps. On s’envoyait des lettres. J’ai réalisé à quel point elle me manquait. Mes sentiments me sont apparus. Je tombais pour elle. Sur mon chemin de retour dans un avion de Barcelone j’ai pris l’opportunité pour lui avouer mes sentiments, je ne pouvais plus les garder. Je l’ai fait comme je savais que je pouvais le faire. Je lui ait envoyé une lettre. J’ai dit que je tombait amoureux d’elle et que d’être loin me l’avait fait réaliser. C’était probablement la plus importante lettre que j’avais envoyé de ma vie. Comme la lettre où je lui avais tout raconté sur ma vie et ma situation, j’ai envoyé une lettre et prié pour qu’elle soit là pour me parler le lendemain. 

Elle ressentait la même chose! C’était un moment magique de lire la réponse. Alors notre relation a atteint un nouveau niveau. On a commencé à planifier une façon de se voir. C’est une chose bizarre qu’est d’apprendre tout sur une personne avec des lettres mais c’est comme ça que ça a marché pour nous. Les lettres nous ont fait. On parlait beaucoup et nous appelions par vidéo mais les lettres étaient comment nous avions découvert tant sur l’autre. On a planifié des vacances au Liban en Octobre et passâmes l’été à échanger des idées et à planifier. Puis, en Août c’était finalement réservé. 

Notre relation alla de force en force et nous étions excités. Une semaine avant que nous allions, le Liban décida d’éclater dans des manifestations gouvernementales et notre voyage semblait douteux. Nous décidâmes de laisser les choses jusqu’au dernier moment pour décider si le voyage allait arriver ou si nous allions annuler. C’était vraiment limite.

L’amour est une chose étrange. Une simple lettre m’a amenée à parler à quelqu’un et à tomber amoureux de quelqu’un à un hémisphère de moi. Maintenant je vacillais sur le fait de voyager à un pays qui était à un rien d’éclater dans des troubles civils juste pour voir si c’était réel. J’avais besoin de ça dans ma vie, j’avais besoin de savoir si tous ces papillons dans mon estomac et mon coeur sauter un battement étaient réels. Alors je suis allé… et elle aussi.

Cela va sembler cocu dit comme ça mais c’était le coup de foudre. Le fait que nous avions appris tellement à propos de l’autre voulait dire que ce n’était pas un premier rencard. Ce n’étaient que deux personnes, destinées à être ensemble, finalement méritant d’être avec l’autre dans ce qui était l’un des endroits les plus volatiles dans le monde à l’époque. Du moins pour une semaine au moins.

Deux personnes, de deux endroits totalement différents sur Terre, de cultures différents, d’ethnies différentes, se rencontrant à une place qui pourrait éclater à n’importe quel seconde et essentiellement tomber amoureux en personne après tomber amoureux par des lettres et par appels. J’aimerais dire que j’ai créer tout ça mais c’est la vérité de Dieu. La vie des personnes sont définies par différents moments et celui-ci était l’un des miens. Lors de notre avant-dernier jour au Liban je lui ait demandé de m’épouser de la façon qui avait définit notre relation jusque-là. J’ai rédigé une lettre. Pendant qu’elle la lisait, je me suis agenouillé derrière elle et j’ai attendu jusqu’à ce qu’elle se retourne après l’avoir dit de le faire en lisant la dernière ligne, et j’ai demandé si elle voulait être ma femme. Elle dit oui. Jenny de Syrie est maintenant la fiancée de Chris d’Angleterre, planifiant comment peuvent-ils être ensemble et passer leur vie ensemble, regardant le futur, planifiant plus de voyages et d’avoir une famille. Les choses ne sont pas faciles à cause de origines et il ya encore de nombreux obstacles à traverser pour que ces moments puissent se passer. Mais ce qui commencé avec une simple lettre est devenu mon futur et ma joie. On se bat toujours jusqu’à ce que nous soyons ensemble à nouveau. 

Slowly nous a présenté, permis de construire un amitié et puis de tomber amoureux. Un amour qui n’aurait pas été possible d’une autre façon. Nous sommes fiancés mais à des mondes l’un de l’autre et nous écrivons mutuellement jusqu’à ce que nous soyons ensemble encore, j’espère en permanence. Même quand nous sommes ensembles, je lui écrit ici et là pour garder ce même sentiment excité quand je reçois une lettre et de voir quels mots précieux vont l’orner.

Jenny et moi écrivons à l’autre depuis le 30 Décembre 2018. Nous abordons les 200 lettres à chacun. 200 lettres en 350 jours en attendant 14 heures est plutôt impressionnant et montre l’effet de Slowly dans ma vie. Se souvenir que ces 200 lettres n’ont été qu’une personne et ne pas comptant la multitude que j’ai envoyé à d’autres aussi. 200 lettres pour trouver une amie, une meilleure amie, une aimante, un âme soeur et une fiancée. Notre histoire n’a pas encore commencé ; elle vient juste de commencer. Mais elle ne serait jamais arrivé sans Slowly. Merci.

Chris AKA I3irKy

<3

 Envoyez-nous votre histoire

SLOWLY

Connectez-vous avec le reste du monde dès maintenant !